CONFÉRENCES

 > Programme 2019

> La Médiathèque du Grand Narbonne : Auditorium Jean Eustache - 20h à 22h

MOURIR À ALÉRIA, DE L’ÉPOQUE ÉTRUSQUE À L’EMPIRE ROMAIN

Avec Catherine Rigeade, archéologue Inrap, et Franck Léandri, conservateur et directeur régional de la DRAC de Corse.

Table de livres librairie Libellis.

Mourir à Aléria du IVe s. avt. J.-C. au IIIe ap. J.-C.: découvertes récentes.

Aléria, l'une des principales villes de Corse de l'Antiquité a fait l'objet en 2018-2019 d'une fouille archéologique préventive, prise en charge par l’État au lieu-dit Lamajone. Durant 8 mois, une équipe de l'Inrap a étudié une partie d'une nécropole antique inédite qui devait être détruite par un projet de maison individuelle. L'espace funéraire mis au jour est situé aux portes de la ville, le long d'une voie. Il livre des sépultures à incinération et à inhumation remarquablement bien conservées tant du point de vue des restes osseux, souvent disparus en Corse, que de l'architecture des tombes. La fouille a pris fin il y a peu, mais la qualité exceptionnelle des données de terrain permet déjà de retracer les grandes lignes de l'évolution des modes de traitement des défunts sur plusieurs siècles. Masquée par les tombes plus récentes, une exceptionnelle tombe hypogée d'époque étrusque relie la nécropole de Lamajone à celle pour laquelle Aléria est surtout connue : la riche nécropole étrusque de Casabianda. En quelques mois de fouille des données nouvelles abondantes permettent ainsi de mieux connaître les pratiques funéraires durant l'Antiquité à Aléria.

En partenariat avec l’Inrap.

Please reload

© 2020 par ARKAM. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now